top of page

Un lit double, simple

Dernière mise à jour : 25 févr.



Pendant des années, et ce, même pendant mes 10 ans de célibat, j’ai dormi de mon côté du lit, ni le gauche ni le droit, celui du côté de la porte. Je dormais en utilisant que la moitié de l’espace, comme si je croyais, comme si j'espérais que quelqu’une, une autre, Mon Autre peut-être, vienne m’y rejoindre. Dans tous les cas, sa place était là, qui l'attendait.


Depuis son départ, je vis, je respire, je prends soin de moi. Je prends soin de moi et je me choisis chaque jour comme je ne l’ai jamais fait avant. J’écoute mon corps, je respecte ses limites et je le pousse un peu parfois aussi, juste assez pour qu’il devienne plus fort. Je fais travailler mes neurones aussi, j’écris et j’écris beaucoup. Je lis un peu. Je ne regarde plus la télé, ni de film ou de série. Je suis à l’ordi, je me perds dans mes histoires, dans mon imaginaire et parfois dans mes souvenirs. Je mange peu, je bois beaucoup, de l’eau aussi rassurez-vous. Bref, je fais tout ce que je peux pour ne pas entrer en contact avec mon cœur. Je ne veux pas aller là. Je ne veux pas pleurer, je ne veux pas ressentir le deuil qui se fait malgré moi. Je ne veux d'ailleurs pas de ce deuil qui rendra son absence trop réelle, trop présente, trop lourde et trop souffrante. Et ce, même si je sais que c’est ça la réalité et que c'est ce que je devrais me permettre de vivre. La vérité c’est que je dois laisser aller, lâcher prise, mais, je m’y oppose farouchement.


Alors les secondes ont passé, puis les minutes, les heures, les jours et les semaines. Malgré tout, le temps fait son œuvre, malgré mes objections et mon opiniâtreté. Le sable s’est écoulé dans le sablier et, aujourd’hui je me couche au centre du lit, parfois en diagonal ou alors je me permets même de faire l’étoile. Désormais, lorsque je m’assois à table, je fais dos à la porte, cette porte verrouillée à la poignée et avec le loquet d’en haut.


Je n’attends plus personne...


Il y a peu de temps, c’était l’anniversaire de sa mort alors, aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple que j’ai gardé de ma mère, oui encore une, et encore du poulet. Elle est simple mais savoureuse et facile à adapter pour une personne seule. Je l’ai un peu changée, evidemment, cela va de soi.




38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page