top of page

Tristesse à l'œuf bénédictine

Dernière mise à jour : 3 juin 2023


Ce matin, j’ai ouvert les yeux et, comme tous les matins, j’ai pris mon cellulaire afin de consulter les faits saillants de la vie sur Facebook. Par la même occasion, je consulte mes mails, si j’en ai reçu. Cela se résume généralement par des factures en ligne, des messages de mon boulot et autres trucs sans grande importance. Mais pas aujourd'hui…


Ce matin, l’Autre, mon autre, m’avait écrit.


J’avais les yeux encore remplis de sommeil et j’avais à peine vu que c’était un courriel d’elle alors je l’ai ouvert tout de suite, sans avoir pris mon café, sans même être aller faire pipi.


Elle ne reviendra pas, écrit-elle. Je m’en doutais, je le savais déjà sûrement le croit-elle. Elle a sans doute raison. Quelque part, enfoui loin, très loin, je le savais déjà.


Je me suis tirée du lit, j’ai marché. jusqu’à la salle de bain, je me suis pesée, j’ai rangé un peu, plié une brassée qui trainait encore dans le sèche-linge. Je suis allée au salon, puis je suis retournée dans la cuisine… Je cherchais sans chercher. Mes pensées allaient et venaient dans tous les sens sans vouloir se poser. J'ai repris mon cellulaire et j’ai relu son courriel.


J’ai pris une grande respiration et j’ai fait comme tous les autres jours, parce que, au fond ça ne change rien, parce que la vie continue et que j’ai un chemin devant moi. Alors j’ai enfilé mon pantalon de yoga et mon maillot de sport et j’ai fait mes exercices.


Des larmes coulaient pendant que je faisais mes situps de sorte que je n’arrivais plus à les compter alors j’en ai fait jusqu’à ce que mes muscles abdominaux me fassent comprendre que j’en avais assez fait. J’ai fait toute ma routine, sans en faire moins, sans en faire plus et les larmes, peu à peu, ont cessé de couler. J’ai fait mes affirmations avec beaucoup de force, j’ai fait ma méditation tant bien que mal et j'ai lu un peu. Juste un peu parce que je me rendais compte que je ne faisais que lire des mots sans en saisir le sens. Et puis, j'ai écrit. J'aurais dû écrire pendant une dizaine de minutes, mais je n'ai écrit que trois lignes pour dire que j’étais fière de moi. Cela fait 30 jours aujourd'hui que je pratique mon Miracle Morning. Et c’est vrai que j'en suis fière.


Je suis fière, et, triste… Profondément triste. Mais ça va aller. C’est la fin d’une partie de ma vie certes, mais c’est aussi le début d’une nouvelle et bientôt, je serai en mesure d’en être heureuse et même emballée.


On peut être copain dit-elle, mais si c’est rien que copain… J’aime mieux être… J’aime mieux être copains, ouais. Parce que je n’ai plus envie d’une vie sans elle.


Voilà.


Je vous invite à retenir ceci cependant, si vous écrivez un mail de rupture un jour, pouvez-vous ne pas l’envoyer durant la nuit? Parce que, franchement, ça réveille très mal!


Ce matin, j’ai besoin plus que jamais de prendre soin de moi alors je vais me préparer un petit déjeuner santé.


291 Cal



I


73 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page